Strapline

Mise à jour: 16.12.2015 - Réponse à la prière

1800 réfugiés en provenance d’Iran, du Pakistan et de pays africains ont été refusés au passage de la Macédoine. Pendant des semaines, ils ont attendu dans l’espoir d'une ouverture de la frontière. Rien ne se passa. Toutefois, nous avons reçu le message suivant d'un d’OM: « Aujourd'hui, quelque chose de spécial s’est passé. Dieu a répondu à mes prières et les 1800 réfugiés ont été amenés de la frontière macédonienne à Athènes. »La majorité était cantonné au Stade olympique, là même où OM est actif dans le travail auprès des réfugiés. Bien que la plupart des Iraniens sont bien formés et que beaucoup parlent bien l'anglais, nous avons besoin de bénévoles qui parlent farsi et azéri.

Mise à jour: 3.12.2015 - Un regard sur place

Mise à jour: 05.11.2015 - Offrir de l'espoir au coeur de la misère

Grèce : « Hier et avant-hier, nous étions seulement six bénévoles et nous avons travaillé 10 heures chacun. Le vent nous transperçait. Nous sommes heureux de la nouvelle tente offerte par une église allemande. Elle est grande, plus solide et plus chaude et ne sera pas soufflée par le vent! Beaucoup de personnes sont arrivées pendant le week-end. C’était fou ! Les réfugiés se tenaient le long de la route à perte de vue. Ils tremblaient dans le vent froid. Partout des enfants pleuraient. Nous n’avions pas assez de tentes ni de couvertures et nous nous sentions totalement impuissants dans cette situation qui nous dépassait».

Témoignage d’un collaborateur en voyage au Moyen-Orient:
«La semaine dernière j’ai eu le privilège de parler avec beaucoup de réfugiés syriens. Je me suis assis avec eux sur des tapis, des matelas et des oreillers, dans des appartements en sous-sol, des bâtiments en ruines, des tentes et des maisons étroites qui abritent 10 familles. J’ai bu avec eux du thé sucré et du café arabe. Et nous avons parlé, parfois par le biais d'un traducteur, d’autres fois en anglais. Le désespoir est grand: l'ONU a suspendu l'aide alimentaire. Les réfugiés s’interrogent: «De quoi allons-nous vivre ? Comment allons-nous payer notre appartement si nous ne pouvons pas travailler ? » Un retour ne peut plus être envisagé car ils n’ont plus de moyens de subsistance et leurs familles sont dispersées à travers le monde».

Si nous ne faisons rien, ces réfugiés feront bientôt partie du flux de fugitifs en direction de l’Europe. Ils vont devoir affronter le froid et un avenir incertain. Aidez-nous à leur rendre une vie supportable, aidez-nous à leur rendre l’espoir !

Mise à jour: 22.10.2015 - Engagement pour les réfugiés

Les premières personnes de Suisse qui se sont engagées auprès de réfugiés en Grèce nous racontent :

«Spontanément, nous avons entrepris un voyage la semaine dernière à Athènes pour assister OM dans son engagement parmi les réfugiés. En tant que petite équipe, nous avons soutenu les bénévoles grecs dans le tri et la distribution de biens de premières nécessités dans l'un des trois camps de réfugiés. Chaque jour, de nouveaux réfugiés arrivaient par bateau en provenance de l'île de Lesbos : des familles avec des petits enfants, des adolescents ... Ils ne pouvaient pas rester mais voulaient poursuivre leur voyage aussi vite que possible pour arriver avant l'hiver dans leur pays de destination, en bus, à pied ... Dans ce but,  nous leur avons fourni tout ce dont ils pouvaient avoir besoin. Des chaussures, des vêtements, des produits alimentaires et d'hygiène en grandes quantités remplissaient les entrepôts mais tout était éparpillé et mélangé. Les volontaires grecs étaient désespérés. Pendant quatre jours, nous avons pu les aider à faire de l’ordre et à trier de façon à trouver rapidement ce qui était nécessaire pour répondre aux besoins des nécessiteux. Le responsable du lieu et maire de l'arrondissement nous a dit, en pointant son doigt vers l'entrepôt: « Regardez, on dirait que des anges se sont mis au travail ! » Même si notre engagement ponctuel a eu l’effet d’une goutte d’eau dans l'océan, nous espérons avoir laissé des marques d’encouragement auprès des réfugiés, des bénévoles et des dirigeants grecs.

Retour

Mise à jour: 8.10.2015 - Grèce

Le responsable d’OM Grèce témoigne: Nous pensions que le pire était passé et nous avons décidé vendredi de retourner au phare pour commencer le nettoyage de la plage. À seulement cinq minutes de l'hôtel, nous avons aperçu un bateau qui ramait vigoureusement  en direction de la plage.  Grâce à des jumelles, nous avons découvert  un peu plus à l'ouest que plusieurs autres bateaux se dirigeaient vers la côte. Nous avons décidé d'y aller pour assister les nouveaux arrivants. Les bateaux s’échouaient les uns après les autres et nous avons été aidés par la population locale et un groupe de bénévoles de Norvège pour aider au débarquement des réfugiés. Dans un des bateaux se trouvaient une femme enceinte de neuf mois avec son mari et un fils. Ils avaient dû laisser derrière eux en Syrie deux autres enfants en âge scolaire. Comme les douleurs de l'enfantement commençaient, la maman a été immédiatement emmenée à  l'hôpital.

Le samedi à 19h00, nous avons été informés par un villageois de Kleio  qu’une trentaine de bateau avaient accosté, ce qui représentait t environ 1000 personnes. Nous avons cherché à louer un véhicule pour emmener les fugitifs  à Mytilène mais les chauffeurs étaient tous épuisés d’avoir travaillé nuit et jour. Nous n’avons seulement pu louer un bus de 33 places et un minibus. Néanmoins, le soir arrivé, nous avons réussi à amener à Mytilène 90 personnes, principalement des femmes, des enfants et des bébés. Toutefois, 90 personnes sur 1000, ce n’est pas beaucoup……

Retour

Mise à jour: 1.10.2015 - Grèce

Le responsable d’OM Grèce écrit :
Lorsque nous nous sommes assis hier soir pour le souper, le téléphone a sonné. En fait, je voulais le laisser sonner, mais j’ai finalement décidé de répondre. Heureusement !  À ma grande surprise l’appel venait du Ministère grec pour les Réfugiés et l'Immigration. Une femme m’a demandé d’une  voix anxieuse:  "Où êtes-vous? Nous avons besoin de vous et de  votre équipe car 1500 nouvelles personnes arrivent en ce moment dans le stade et nous avons absolument besoin de tout! "

Je fis quelques appels. En peu de temps, la communauté philippine et quelques collaborateurs  de OM Grèce se sont réunis. Nous avons organisé  1500 repas  que nous avons offerts ainsi que des vêtements et diverses choses. Notre voiture familiale  a été utilisée comme ambulance pour transporter des personnes à l’hôpital et retour. A trois heures du matin, le flux des nouveaux arrivants n’avait pas cessé. L'un d'eux était un nouveau-né de deux mois, sa maman et une soeur de deux ou trois ans. Le président de la ville nous a alors demandé si nous pouvions revenir au stade le matin suivant. OM Grèce a encore organisé 1700 autres petits déjeuners.

Retour

Mise à jour: 23 septembre 2015 - Grèce

Alors que notre collaborateur se consacre à la planification détaillée des projets d’urgence à Lesbos, les premiers volontaires arrivent sur l’île.

A Athènes, l'équipe était occupée à distribuer 300 paquets de lait, lorsque la nouvelle est arrivée qu’un navire était sur le point d’accoster avec des migrants. Immédiatement, l’équipe a commencé à préparer 360 bouteilles d’eau, 1000 sachets de pic-nic, du chocolat et des barres énergétiques. Avec seulement 5 collaborateurs d’OM et un pasteur local, ces aliments ont été distribués en même temps qu’une carte de la région et qu’un dépliant contenant des informations utiles. Grande fut la surprise lorsqu’un deuxième bateau aborda. Les biens de première nécessité préparés n’ont plus suffi pour faire face à  l’afflux des 4'000  nouveaux arrivés qui franchissaient la passerelle.

Une bonne nouvelle : la première volontaire envoyée par OM Suisse est arrivée en Grèce !

Retour

Mise à jour: 16 septembre 2015 - Grèce

Hier, OM Suisse a pu transférer CHF 10'000.- pour le projet des migrants en Grèce.

Aujourd’hui, un rapport nous est parvenu de la Grèce. En collaboration avec l’Eglise et d’autres organisations, nous nous sommes rendus sur l’île de Lesbos et avons élaboré un plan. Le collaborateur d’OM déménage en fin de semaine sur l’île et rassemblera des équipes pour mettre en oeuvre les projets prévus. OM ne travaille pas seul mais avec le soutien des églises locales. Près de 50 pasteurs et représentants de l’Alliance Evangélique de Grèce se se sont réunis à Athènes sous la direction de OM pour une rencontre de planification et de  coordination. Une équipe a été nommée pour coordonner les projets et les engagements à court terme sur l’île de Lesbos, à Thessalonique et à Athènes.

Retour

Chassés de la maison

Le mois dernier était celui des réfugiés! L’image des 71 personnes asphyxiées dans des camions réfrigérés dans un pays voisin du nôtre et celle d'un garçonnet de trois ans noyé ont fait le tour du monde. L’insensibilité et l'indifférence de beaucoup se sont muées en compassion. La victime n’était pas seulement un réfugié perdu au milieu d’une foule anonyme, c’était un enfant qui portait le prénom de Aylan.

Depuis plus de trois ans, OM s’investit auprès des réfugiés dans le Proche-Orient. De nombreux donateurs suisses ont  participé au financement de  nourriture, tentes, matelas, ainsi que des programmes d’aide en situation de traumatisme et de création. Les pays voisins de la Syrie ont accueilli autant de réfugiés que possible mais le flux de rescapés se dirige maintenant en direction de l’Europe. Ce « problème » se trouve actuellement à notre porte. Entre deux se trouvent les îles grecques.

Depuis plusieurs années, OM Grèce travaille auprès des minorités, des sans abri et des réfugiés et OM Suisse se tient à ses côtés depuis un certain temps à titre consultatif. OM Grèce voudrait entreprendre un programme d’aide auprès des 25.000 réfugiés sur l’île de Lesbos, avec l’aide de la Suisse. Un transfert de CHF 10'000.- est prévu à leur intention.

Mais cela ne devrait être que le début: Avec votre aide, nous voulons doubler ce montant, non, mieux encore, le multiplier. L'argent est important! Voulez-vous participer ? Mention: « 117 - Urgence et détresse »

Mais nous avons également besoin de personnes qui seraient d’accord d’investir une semaine de leur temps pour se rendre en Grèce. Etes-vous intéressés ?